Pascale Criton, Silvia Tarozzi & Deborah Walker, Wander Lines, pour violon et violoncelle

dimanche 23 mars 2014 à 18 h 30
Pascale Criton, Silvia Tarozzi & Deborah Walker,

Wander Lines, pour violon et violoncelle (dans le cadre du festival futur composé).

avec :
Silvia Tarozzi – Violon
Deborah Walker– Violoncelle
compositions de Pascale Criton
Réservation recommandée

Tél : 01.40.18.03.70 – Email : galeriehus@gmail.com

Marie-Laure Hurault, la pièce blanche, lecture de Florient Azoulay

Samedi 22 mars 2014 à 20h
Marie-Laure Hurault, la pièce blanche, lecture de Florient Azoulay, à l’occasion de la parution du livre aux Editions La Rue de Russie, avec des Géométries de Frédéric Khodja.

Réservation recommandée
Tél : 01.40.18.03.70 – Email : galeriehus@gmail.com

Quelques dates à noter

Samedi 22 Mars, 20h
Marie-Laure Hurault, La pièce blanche, Frédéric Khodja, Les Géométries, lecture de Florient Azoulay, à l’occasion de la parution du livre aux Editions La Rue de Russie.

Dimanche 23 Mars, 18h30
Pascale Criton, Silvia Tarozzi & Deborah Walker, Wander Lines, pour violon et violoncelle (dans le cadre du festival futur composé).

Vendredi 4 Avril, 20h30
Joëlle Léandre, contrebasse solo, Scelsi, Wols Circus & improvisation.

Dimanche 6 Avril, 18h30
Bertrand Hurault, La folie du jour de Maurice Blanchot.

Vendredi 11 avril, 16h à 20h
Zad Moultaka & Pablo Marquez, Calvario, masterclass et concert (dans le cadre du festival futur composé).

Vendredi 16, Samedi 17 et dimanche 18 Mai
Festival Kurtag, exposition d’encres du compositeur & série de concerts
(programme consultable sur le site à partir de fin mars).

Dimanche 25 mai, 18h30
Noémi Boutin, violoncelle solo, Henri Dutilleux Trois strophes sur le nom de Sacher, Michael Jarrell, Some Leaves, Helmut Lachenmann, Pression, Frédéric Pattar, création.

Dimanche 15 juin, 18h30
Bloomsday, concert anniversaire du Projet Bloom
Derrière la tête, lecture de Florient Azoulay.

Dimanche de juin (date à préciser)
Franck Krawczyk, rejouer. — à galerie hus.

Les Propos sur la Peinture du Moine Citrouille-Amère

L’UNIQUE TRAIT DE PINCEAU

Dans la plus haute Antiquité, il n’y avait pas de règles ; la Suprême simplicité ne s’était pas encore divisée.

Dès que la Suprême Simplicité se divise, la règle s’établit.

Sur quoi se fond la règle ? La règle se fond sur l’Unique Trait de Pinceau.

L’Unique Trait de Pinceau est à l’origine de toutes choses, la racine de tous les phénomènes ; sa fonction est manifeste pour l’esprit, et cachée en l’homme, mais le vulgaire l’ignore.

C’est par soi-même que l’on doit établir la règle de l’Unique Trait de Pinceau.

Le fondement de la règle de l’Unique Trait de Pinceau réside dans l’absence de règles qui engendre la Règle ; et la Règle ainsi obtenue embrasse la multiplicité des règles.

La peinture émane de l’intellect : qu’il s’agisse de la beauté des monts, des fleuves, personnages et choses, ou qu’il s’agisse de l’essence et du caractère des oiseaux, des bêtes, des herbes et des arbres, ou qu’il s’agisse des mesures et proportions des viviers, des papillons, des édifices et des esplanades, on n’en pourra pénétrer les raisons ni épuiser les aspects variés, si en fin de compte on ne possède cette mesure immense de l’Unique Trait de Pinceau.

Si loin que vous alliez, si haut que vous montiez, il vous faut commencer par un simple pas. Aussi, l’Unique Trait de Pinceau embrasse t-il tout, jusqu’au lointain le plus inaccessible et sur dix milles et sur dix millions de coups de pinceau, il n’en est pas un dont le commencement et l’achèvement ne résident finalement dans cet Unique Trait de Pinceau dont le contrôle n’appartient qu’à l’homme.

Par le moyen de l’Unique Trait de Pinceau, l’homme peut restituer en miniature une entité plus grande sans rien en perdre : du moment que l’esprit s’en forme d’abord une vision claire, le pinceau ira jusqu’à la racine des choses.

Si l’on ne peint d’un poignet libre, des fautes de peintures s’ensuivront ; et ces fautes à leur tour feront perdre au poignet son aisance inspirée. Les virages du pinceau doivent être enlevés d’un mouvement, et l’onctuosité doit naître des mouvements circulaires, tout en ménageant une marge pour l’espace. Les finales du pinceau doivent être tranchées, et les attaques incisives. Il faut être également habiles aux formes circulaires ou angulaires, droites et courbes, ascendantes et descendantes ; le pinceau va à gauche, à droite, en relief, en creux, brusque et résolu, il s’interrompt abruptement, il s’allonge en oblique, tantôt comme de l’eau, il dévale vers les profondeurs, tantôt il jaillit en hauteur comme la flamme, et tout cela avec naturel et sans forcer le moins du monde.

Que l’esprit soit présent partout, et la règle informera tout ; que la raison pénètre partout, et les aspects les plus variés pourront être exprimés. S’abandonnant au gré de la main, d’un geste, on saisira l’apparence formelle aussi bien que l’élan intérieur des monts et des fleuves, des personnages et des objets inanimés, des oiseaux et des bêtes, des herbes et des arbres, des viviers et des papillons, des bâtiments et des esplanades, on les peindra d’après nature ou l’on en sondera la signification, on en exprimera le caractère ou l’on en reproduira l’atmosphère, on les révélera dans leur totalité ou on les suggérera elliptiquement.

Quand bien même l’homme n’en saisirait pas l’accomplissement, pareille peinture répondra aux exigences de l’esprit.

Car la Suprême Simplicité s’est dissociée, aussi la Règle de l’Unique Trait de Pinceau s’est établie. Cette règle de l’Unique Trait de Pinceau une fois établie, l’infinité des créatures s’est manifestée. C’est pourquoi il a été dit : « Ma voie est celle de l’Unité qui embrasse l’Universel ».

Théo Ceccaldi Trio +1 improvisent le monde sans pantalon

dimanche 2 février 2014 à 18 h 30
Théo Ceccaldi Trio & Martine Thinières
improvisent le monde sans pantalon

avec :
Théo CECCALDI – Violon
Guillaume AKNINE – Guitare électrique
Valentin CECCALDI – Violoncelle
Martine Thinières – voix
Réservation recommandée

Tél : 01.40.18.03.70 – Email : galeriehus@gmail.com

Carol Robinson / Samuel Beckett

le vendredi 13 décembre à 20h30
le dimanche 15 décembre à 18h30

COMING BACK TO BECKETT

Mise en espace d’un texte de Samuel Beckett
avec musique originale de Carol Robinson

« Rockaby » est une courte pièce en anglais écrite par Samuel Beckett en 1979-1980.
Remaniée par l’auteur, elle devient « Berceuse » en français.

La voix d’une femme nous berce avec des phrases brèves qui se répètent et reviennent…
Une poésie pure et simple, une musique faite de mots, un mystère qui se dévoile petit à petit.

Carol Robinson amplifie ce monde doux et berçant en intégrant une musique originale pour clarinettes « live » ou enregistrée.
Le texte, également « live » ou enregistré, est en français puis en anglais, suivi d’un moment purement instrumental. (45’)

Carol Robinson – voix, clarinette en mib, clarinette basse

Galerie Hus
4 rue Aristide Bruant 75018 Paris
réservation à la galerie (+33) 01 40 18 03 70

Exposition :
Bram van Velde, le gris
Un lien entre Paul Celan, Samuel Beckett et Bram v

Concert BLOOM , Henning Lohner / Laszlo HUDACSEK

Dimanche 17 novembre 2013 à 18h30Henning Lohner session #1Oeuvres vidéo et musicales de Henning Lohner,
Dan Heslink, Alvin Lucier, Nicolaus A. Huber, Peter Eötvös,
Frederic Rzewsky et John CageHenning LOHNER, vidéo

Laszlo HUDACSEK, percussions

Florient AZOULAY, voix

Réservation indispensable
Tél : 01.40.18.03.70 – Email : galeriehus@gmail.com

MUSIQUES D’OUTRE-MONDE, Helios Azoulay, vendredi et samedi 11 et 12 octobre 2013

MUSIQUES D’OUTRE-MONDE
HELIOS AZOULAY
et
l’ENSEMBLE DE MUSIQUE INCIDENTALE
avec Marielle Rubens, Pablo Schatzman
interprètent les musiques composées dans les camps de concentration
***
EN PRESENCE ET AVEC LE TEMOIGNAGE DE VIOLETTE JACQUET-SILBERSTEIN,

                                                                                                           rescapée de la Shoah, violoniste dans l’orchestre des femmes d’Auschwitz-Birkenau

Vendredi 11 octobre à 20 h 30

Samedi 12 octobre à 18 h 30 et 20 h 30

réservation indispensable par telephone ou mail à la galerie

Ouverture & concert du projet Bloom dimanche 22 septembre à 18 h 30

La galerie accueille cette année en résidence permanente le projet Bloom dont ce sera le premier concert. Dimanche 22 septembre, 18 h 30 à la galerie, avec au programme des pièces  sur cartes postales de Jef CHIPPEWA et James TENNEY, qui réuniront la plupart des musiciens de Bloom. Le concert sera suivi d’un verre festif.

Au programme :

Jef CHIPPEWA, Wiegenlied (lullaby), pour toy piano et objets sonores

James TENNEY, Beast, pour contrebasse

James TENNEY,  Night, pour percussion

James TENNEY, Koan, pour violon

Jef CHIPPEWA, Sens unique (auslauf), pour toy piano et objets sonores

James TENNEY, Maximusic, pour percussion

James TENNEY, August Harp, pour harpe

Jef CHIPPEWA, Ritual, pour toy piano et objets sonores

James TENNEY,  Having never written a piece for percussion, pour percussion

James TENNEY, Swell piece, pour instrumentation libre

et lecture de cartes postales

avec les musiciens du PROJET BLOOM
Laszlo Hudacsek, percussion
Virginie Tarrête, harpe
Stephanos Thomopoulos, piano
Alexandra Greffin Klein, violon
Charlotte Testu, contrebasse
Florient Azoulay, lecture

 

Réservation indispensable pour le concert.